Faire lever les devenirs : la question du devenir-révolutionnaire chez Gilles Deleuze- par Igor Krotlica

Intervention lors du Colloque « Mai 68 en quarantaine », qui se tint à l’ENS (Paris), en mai 2008

« Dans son seul texte consacré à la question, Deleuze affirme avec Guattari que si mai 68 est un événement qui est, en tant que tel, ouverture de possible, la société a été incapable de s’élever à la hauteur de cet événement par son impuissance à créer des agencements collectifs capables d’effectuer la mutation :

« chaque fois le possible a été refermé ».

La nécessité d’effectuer la mutation, de l’actualiser, Deleuze la réaffirmera plus tard au sujet des sociétés de contrôle. Tandis que Negri lui affirme la quasi-inéluctabilité de la mutation globale du système capitaliste effectuée par la puissance de la multitude, Deleuze déclare son scepticisme à l’égard d’une telle effectuation, marquant par là la continuité problématique de la question de la pratique révolutionnaire dans son œuvre :

comment effectuer les devenirs qui se lèvent ?

C’est l’insistance de cette question que nous voudrions analyser. »

Bibliographie G. DELEUZE & F. GUATTARI, « Mai 68 n’a pas eu lieu », in DELEUZE, Deux régimes de fous, Paris, Minuit, 2003, p. 215-217. G. DELEUZE, Pourparlers, « Contrôle et devenir », Paris, Minuit, 1990, p. 229-239. G. DELEUZE, Logique du sens, Paris, Minuit, 1969, séries 21 à 25

Vous trouverez l’ensemble des participations à cette rencontre ici

anselm-kiefer-die-bosen-mutter

anselm-kiefer-die-bosen-mutter


Warning: Division by zero in /home/xnentrel/www/wp-includes/comment-template.php on line 1379

Laisser un commentaire