La souveraineté du dehors- par Sophie Gosselin et David gé Bartoli

143-erre_3-2

La modernité européenne a propagé l’idée selon laquelle l’homme aurait pour tâche de gouverner le monde, faisant dépendre la multiplicité des formes de vie de ses propres conditions d’existence. Tous les êtres et espaces qui jusqu’alors échappaient à l’exercice de sa législation – qui dans le droit romain étaient identifiés au monde commun de la « nature » –, se sont petit à petit trouvés intégrés en elle, à travers un processus d’unification s’actualisant en globalisation. Or ce geste d’appropriation sans limites de la nature par l’homme met en péril le lieu de vie commun à partir duquel peut prendre forme une multiplicité de devenirs-monde.

Un séminaire de Sophie Gosselin et David Gé Bartoli
enregistré (http://intercession.over-blog.org/) le 7 décembre 2012, à Paris


Warning: Division by zero in /home/xnentrel/www/wp-includes/comment-template.php on line 1379

Laisser un commentaire