Et jadis, issir le parti inachevable…

178975_3790479517259_1142070620_n

Cet entre’là n’est pas, à proprement parler – et pourtant, des éclats, et des constellations.
Ca agit, ça (s’)accroche, ça tourbillonne, ça attire, ça va-et-vient, ça adhère, ça (s’)approche.
Dans l’intime – toujours par l’intime-, vers.
Des naissances. De l’inchoatif commun.

Tis, quidam. Mais toujours tel quidam. En rapport, en relation.
Tis ? Personne, nous, nos approches : des rapports, des relations. Nos décrochages et nos approches – il nous comprendra. Ailleurs que dans la ruine des systèmes.

Comme les yeux, le désir. Qui s’oublient dans un rite qui est plus ancien qu’eux.
Jouir dans l’oubli des moitoiil.
Personner…

1000793_10201209055046666_1818903914_n
De l’orientation, en tous sens il y a : « il » ne devient pas, il provient, vient, survient- bref, il advient.
Nous l’accueillons et le transfigurons. Ecoute.
Trop vague, le devenir, trop évanescent. Trop « immanenthéiste » (pas mieux).
Ca anime l’agir et le dire, qui en retour nous façonne, nous émeut.
« Il » n’est pas l’impersonnel, il personne comme nous respirons.

Sans repos, ce qui hante – ainsi de nous, êtres, choses en suspens.
Nous pouvons l’affirmer, ce là, et nommer vieillit le monde.
Dire le dicible – non pas seulement nier.
Nous le devons.

177415_10151005870403028_71443095_o

Jadis et contemporain liés comme les deux côtés d’une surface : les diachronies s’allongent, mais demeure ce désir de continuité, s’il le faut au prix et dans le goût de la rupture, de l’irruption. Le jadis ouvre un espace de réflexion et de création hors de la modernité que la modernité engendre, au même titre que les autres périodes historiques.(Pascal Quignard)

297102_3461483269636_814353288_n

Les formulations contradictoires, les assumer – elles restent vivaces et font signes.

Tenter de la dire – ne pas ravaler son cri – parfois, la taire, – la constellation dans laquelle nous sommes inclus

1394136_10200871187967295_1708790498_n

Pas de genèse,
d’eschatologie,
d’identité.
Epuisées

Les choses qui commencent n’ont pas de fin – elles finissent.
Nous avons commencé, ce qui n’aura de fin.
Puisqu’elles n’eurent ni début, ni but :
spirales, nous commençons.

En reliefs, l’horizontale.
Sera le ton du monde.
Sa basse continue, son relief insondable

Commun(isme). Malgré tout- puiser
Des avant-nous, déroutant notre déception.
Rappeler des anciens que nous rencontrons. Et puis-
l’effervescence de l’avenir dans la brûlure de l’instant.


Warning: Division by zero in /home/xnentrel/www/wp-includes/comment-template.php on line 1379

Laisser un commentaire